Mardi soir a eu lieu la première soirée d’opération des « mardi, c’est République ». Plusieurs facteurs limitant vont faire que ce compte rendu sera malheureusement court :

-Tout d’abord, mes souvenirs de cette soirée restent flous, et pas seulement à cause de l’alcool que je n’avais pas bu ce soir là, mais aussi de la vitesse à laquelle nous avons avancé.

-d’autre part, seul 4 de mes screenshots se sont enregistrés, ce qui est très étrange … du coup, pas de photo pour ce CR.

-Enfin, il est parfois difficile de relater le grand n’importe quoi.

 

Tout commença il y fort longtemps, dans une lointaine galaxie. Des potirons ont essayé de fait l’opération de la chambre de l’éternité, et ils ne furent pas déçus. Cela débuta par un lourd débat sur quelle difficulté prendre, devions-nous le faire en HM à 8, en HM à 16 mais en réalité à 10, ou alors en normal à 10, puis continua sur les soucis pour les non abonnés à entrer dans les Opé, et dans l’attente des joueurs inscrits.

Au final, nous décidâmes de partir en HM à 16, mais seulement à  8 participants, pour donner du piquant à la soirée. 3 wipe plus tard sur les premiers mobs de l’instance, c’est bien sur du HM à 8 que nous sommes repartis … la soirée commençait sur de bonnes bases … nous n’allions pas être déçus.

Aux cris de « ha ha, comment on les démonte, ces mobs ! » ( surtout pour les niveaux 55/60), nous passâmes le premier boss ( dont je ne me rappelle plus du nom, une espèce de gros robot qui lance des missiles ) et nous arrivâmes aux piliers par un moyen détourné, qui failli sceller la mort de 2 de nos compagnons ( dont moi-même). Evidemment quelqu’un démarra l’engrenage avant que tout le soient prêt, et nous dûmes repartir au début de l’instance. Profitant de ce contretemps, et prévoyant la suite, un groupe décida de clean les PNJ pour libérer le terrain. Bien lui en a pris, puisque l’autre groupe de feignasses décéda dans d’atroces souffrance s( une histoire d’aggro, ou quelque chose dans le genre ). Au final, après encore une autre mort et un troisième essai, nous pûmes enfin entrer dans la chambre.

C’est là que notre tank fit preuve d’un gameplay héroïque, mourant pas moins de 4 fois en 1v1 contre son adversaire désigné. Une belle performance qui força chacun d’entre nous de décéder également. A partir de ce moment, j’ai cessé de compter les morts. Sachez cependant que certains d’entre nous ont du mendier pour se faire réparer leur équipement.

Et le dernier combat commença : dans un brouhaha de «  je suis dans la prison », « c’est quoi ces boules d’électricité qui se baladent » ou de «  hey, les gars, vous pouvez me rez ? » ( on était bien loin des élucubrations du début ), nous descendîmes ( certains préférèrent décéder, d’ailleurs ) de plateforme en plateforme ( ou bien est-ce les plateformes qui descendaient, je ne me rappelle plus ), et nous nous confrontâmes au boss qui clôturait cette aventure.

Au final, la dernière partie fut la plus simple,le monstre final tomba, avec seulement 3 survivants de notre coté. Mais c’est la loi du genre : parfois, on réussi les OP sans mourir, cela arrive de temps en temps, mais c’est toujours surprenant !

Pyves le 30 janvier 2015

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.